Les 3 histoires les plus tragiques de l’histoire du tennis

Adaptation du jeu de paume, le tennis moderne est apparu à la fin du 19èmesiècle de l‘autre côté de la Manche sous l’impulsion d’un certain major Harry Gem. Ce dernier a vite pris son envol pour devenir l’une des pratiques sportives les plus populaires aux quatre coins de la planète. Si ce dernier a longtemps été considéré comme un sport d’élite, aujourd’hui le tennis bénéficie d’une notoriété mondiale et est l’un des sports les plus médiatisés dans le monde, après le football. Riche de mille et une anecdotes, nous avons décidé de vous raconter les trois histoires les plus tragiques que le tennis a vécues.

La joueuse n°1 mondiale est poignardée lors d’un match

A la fin des années 90, la joueuse américaine Monica Seles domine le court. Personne ne parvient à détrôner cette reine du tennis d’origine yougoslave, tout juste âgée de 20 ans. En 1993, son objectif est de décrocher son 4ème titre consécutif au mythique tournoi français, Rolland Garos… Après quelques semaines de repos, elle se retrouve au tournoi d’Hambourg en Allemagne. Lors du quart de finale, alors que l’Américaine mène le jeu contre la Bulgare Magdalena Maleeva, cette dernière s’effondre subitement sur le court. Seles vient d’être poignardée en plein match !

« L’agresseur » est arrêté, il s’agit d’un fan de Steffi Graf qui souhait que l’Allemande reprenne sa place de numéro 1 mondiale… Fort heureusement, la lame de 12 cm n’a pas touché la colonne vertébrale de l’Américaine qui sort indemne de l’hôpital quelques mois après l’incident. Ce n’est que deux années plus tard que Seles reprend sa raquette. A la surprise générale, elle remporte le tournoi de Tokyo mais ne retrouvera jamais sa place de numéro 1 mondiale.

Le joueur finaliste de Wimbledon est un assassin

Sorte de Bonnie et Clyde, le tumultueux couple Thomas Saint-Léger et Violet Goold ont tenté le diable, mais ont tout de même fini derrière les barreaux. Joueur de tennis professionnel, Mr Gould perd la finale du tournoi de Wimbledon en 1879 contre J. Hartley : il s’agira de la seule et unique performance de sa carrière. En effet, les Goold sont condamnés quelques années plus tard pour l’assassinat d’une certaine Emma Levin, richissime danoise, retrouvée découpée en morceaux dans la valise du couple à la gare de Nice. Une macabre découverte…

Le juge de ligne meurt à cause d’une balle de tennis

C’est en septembre 1983 que cette horrible histoire se déroule, plus précisément le 10 septembre. En effet, lors de la demi-finale de l’US Open Junior durant laquelle Patrick McEnroe affronte le suédois Stefan Edberg, l’une des balles d’Edberg frappe de plein fouet Dick Wertheim, le juge de ligne, âgé de 61 ans. Ce dernier, déséquilibré, tombe et se heurte la tête. Alors inconscient, il est emmené à l’hôpital… Le court est en panique.

Ce dernier ne se réveillera jamais et décédera cinq jours plus tard. Le joueur Stefan Edberg âgé de seulement 17 ans, énormément choqué par cette terrible histoire, remporte tout de même le tournoi et hérite du surnom du joueur qui ne sourit jamais.

Prono de la semaine

Samedi 14 juillet, les Belges auront une dernière chance de briller ! Face à l'Angleterre, ils doivent décrocher la troisième place... Lire la suite

Victoire de la Belgique